GÉO 3 - DYNAMIQUES RÉGIONALES DE GRANDES AIRES CONTINENTALES
3. L’Asie du Sud et de l’Est : les enjeux de la croissance

Leçon 2 - Japon - Chine : concurrence régionale, ambitions mondiales

Introduction
Cerner: Qui? La Chine et le Japon Quoi? deux puissances mondiales majeures derrière les États-Unis s’opposent par leurs rivalités et leurs ambitions Où? aux échelles régionale en Asie et mondiale Quand? dans le contexte de la mondialisation. Définir: /
Problématiser : QUELLES SONT LES RELATIONS CHINE - JAPON EN ASIE ET DANS LE MONDE ?
Annoncer le plan :

I. Japon et Chine : des concurrences régionales.

1. Des géants économiques aux armes différentes
L’« atelier du monde » chinois (la quantité) : La Chine a une population (main d’œuvre & consommateurs) et des ressources en abondance. Elle a d’abord exporté des produits bas de gamme mais monte en gamme, et se diversifie. En 2010, son industrie est devenue la 1ère du monde mais l’agriculture est encore la 1ère source d’emplois. La Chine a détrôné le Japon comme 2ème puissance économique mondiale mais le niveau de vie de ses habitants demeure 10 fois moins élevé que celui des Japonais..
Le high-tech japonais (la qualité) : Le Japon bénéficie de l’ancienneté du développement et d’une main d’œuvre bien formée ; recherche et innovation permanentes lui confère la suprématie technologique. Son industrie compétitive produit presque autant que la Chine avec 12 × moins d'actifs. Sa suprématie est aussi financière (1er créancier de l’Asie du Sud et de l’Est, yen fort et stable)

2. Des partenaires économiques
Complémentarité. Les industries japonaises plus haut de gamme sont complémentaires de celles de la Chine : production japonaise de biens intermédiaires (composants électroniques) et d’équipement (machines-outils) ; production chinoise de bien à faible valeur ajoutée (textile électronique grande public)
Interdépendance. Les économies chinoise et japonaises sont interdépendantes par le biais de leur commerce bilatéral en essor continu et par le jeu de la NDIT : les entreprises japonaises délocalisent la production en Chine pour bénéficier des moindres couts de main d’œuvre

3. Des rivalités persistantes
Un différend mémoriel. L’expansionnisme japonais de 1931 à 1945 reste un souvenir douloureux en Chine (Manchoukuo 1931 Nankin 1937). Le Japon a fait ses excuses officielles, a fourni de l’aide au développement mais honore encore des criminels de guerre.
Des litiges territoriaux. Dans un contexte de tensions géopolitiques permanentes entre les pays riverains de la mer de Chine, les îles Senkaku/Diaoyu sont un autre objet de contentieux entre Chine, Taiwan et Japon pour élargir leur ZEE pour laquelle Chine et Japon sont aussi en litige.
La difficile mise en place d’une organisation économique régionale : La Chine souhaite maintenir l’ASEAN +3 (Chine, Japon, Corée du Sud) mais le Japon voudrait un ASEAN +6 : l’élargir à l’Australie, la Nouvelle-Zélande et à l’Inde (tous démocratique et puissants) pour contrebalancer le poids de la Chine

II. Japon et Chine : des ambitions mondiales.

1. Deux acteurs incontournables
Une puissance établie mais discrète : Le Japon est une puissance établie (un centre de pouvoir ancien et reconnu qui a un poids économique et un niveau de vie élevés). Il est considéré comme un « nain politique et militaire », sans siège permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU. Pourtant face aux menaces communistes, le Japon est redevenu une puissance militaire (4ème budget mondial) non nucléaire qui participe à des opérations de maintien de la paix (ONU).
Une puissance ambitieuse mais incomplète : La Chine est une puissance émergente (un centre de pouvoir ancien et en ascension ayant un poids économique élevé, mais un niveau de vie faible). Sa puissance est aussi diplomatique puisqu’elle est un membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU mais aussi militaire : elle possède l’arme nucléaire et renforce ses moyens (1ère armée, 2ème budget militaire du monde).

2. Un rayonnement culturel inégal
Un soft power japonais établi : La stratégie du « Cool Japan » vise à moderniser son image dans le monde et à renforcer son rayonnement culturel par la diffusion de la J-pop (Jap. pop culture) via mangas, jeux vidéo… et ses puissantes FTN Elle se superpose à l’image traditionnelle (yakusa ou samouraï¨, ikebana ou gastronomie).
Un soft power chinois défaillant : Elle bénéficie d’une diaspora active de 50 millions de Chinois dans 150 pays et se manifeste dans l’événementiel (JO, Exposition universelle) et un cinéma mondialement reconnu. Mais son image est ternie car le régime communiste ne respecte pas les Droits de l’Homme (répression au Tibet, censure internet)

3. Des limites à leurs ambitions
Le Japon est aujourd'hui fragilisé par la baisse et le vieillissement de sa population depuis le milieu des années 2000. Sa vulnérabilité face aux risques (Fukushima 2010), la concurrence d'autres puissances asiatiques (les 3 dragons...) remettent en question son statut de grande puissance économique.
La Chine, une puissance inquiétante. La Chine suscite la méfiance de ses partenaires commerciaux : concurrence déloyale, stratégie agressive de conquête des marchés. D’un point de vue géopolitique, ses voisins s’inquiètent de ses ambitions hégémoniques en Asie et se tournent vers les États-Unis pour les défendre

Conclusion
Bilan : Deux puissances concurrentes : l’une établie qui stagne et le challenger en pleine croissance ; 2 puissances mondiales incomplètes et rivales à l’échelle régionale
Ouverture : => L’autre géant, l’Inde, également émergente peut-elle changer la donne ?