HISTOIRE 4 - LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE ET LA FIN DES EMPIRES EUROPÉENS

Sujet d’étude - La bataille de la Somme, juillet-novembre 1916

En quoi la bataille de la Somme représente-t-elle une nouvelle forme de conflit ?

1. La bataille de la Somme : cinq mois en enfer.
xxxxxFace à un conflit qui s’enlise dans une guerre de position, les Français et les Anglais envisagent une vaste offensive pour rompre le front, reprendre la guerre de mouvement et détruire les armées allemandes. C’est pourquoi la mobilisation humaine et matérielle est impressionnante avec 2,5 millions de soldats français et anglais, dont une grande partie vient de leurs empires coloniaux, et la fabrication de nombreuses munitions comme les obus.
xxxxxCependant, ces moyens ne permettent pas de remporter l’offensive générale du 1er juillet 1916 puisque les lignes allemandes tiennent et les victimes britanniques sont très nombreuses. C’est d’ailleurs la journée la plus meurtrière de l’histoire militaire britannique.
xxxxxDu 3 juillet au 18 septembre 1916, la bataille se transforme en guerre de position avec des assauts ponctuels sans victoire décisive malgré l’utilisation de nouvelles armes (mitrailleuses ou gaz toxiques) plus meurtrières et de matériel innovant comme l’avion ou le char d’assaut facilitant l’accès aux cibles. Dans cette guerre industrielle, les soldats vivent l’enfer des tranchées soumises à un bombardement intensif où ils affrontent la peur, l’épuisement, le manque d’hygiène et la mort..

2. La bataille de la Somme : une mémoire douloureuse
xxxxxLe bilan humain est très lourd, la bataille fait plus d’un million de victimes en 5 mois de combat avec des pertes majeures pour les armées allemandes et britanniques. Les Britanniques sont les plus durement touchés avec presque autant de morts et disparus que de blessés. Le gain territorial est quasi nul, la ligne de front n’a bougé que de quelques kilomètres en faveur de l’Entente. De plus cette avancée dans la Somme est compensée par celle des Allemands à Verdun. C’est pourquoi on parle d’une bataille sans victoire malgré un coût humain dramatique.
xxxxxLe souvenir de la bataille s’est construit à partir des témoignages de soldats qui transmettent leur expérience traumatisante des combats en mots ou en dessin, comme Otto Dix. La bataille est aussi filmée sur ordre du gouvernement anglais et visionnée par 20 millions de civils britanniques.
xxxxxToutes les mémoires insistent sur le traumatisme, l’horreur et les souffrances endurées, quelle que soit la nationalité des belligérants. Pour les Français, sa mémoire est éclipsée par celle de Verdun, une autre bataille sans victoire, moins meurtrière mais plus longue. Par contre, elle est l’équivalent d’un Verdun dans la mémoire collective des Anglais et des Allemands pour sa défense du sol national et son patriotisme.

Notions & vocabulaire :
mobilisation : emploi de toutes les forces d’un pays pour la guerre, elle peut être humaine, économique et psychologique.
front : zone contestée par deux forces combattantes, la ligne de front peut être mobile ou statique.
guerre de mouvement : stratégie militaire avec des déplacements rapides pour l’emporter.
guerre de position : phase de combat pendant laquelle les armées sont retranchées derrière une ligne fortifiée ou enterrées dans les tranchées.